• Home »
  • Culture »
  • Dimensions et sous-dimensions de la construction sociale relative à la valeur artistique

Dimensions et sous-dimensions de la construction sociale relative à la valeur artistique

toile artiste

Afin d’approfondir les problèmes soulevés, nous avons conçu une grille d’analyse, avec l’aide de Marc-Arthur Kohn. Cette grille nous a permis d’orienter notre travail autour de trois dimensions permettant d’analyser le processus de construction de la valeur de l’œuvre d’art et du statut d’artiste.

Tableau 1: Résumé de l’analyse du contenu thématique: matrice des principales dimensions de la construction de valeurs artistiques

Prise de contrôle Notation
Dimension 1
Qualité intrinsèque du travail
• Maîtrise des techniques artistiques
• Travail dur, persistant et continu
• Mise à jour et approfondissement des connaissances
• Unicité et innovation dans les tendances actuelles
• intentionnalité artistique – expression d’émotions; récits associés
• Organisation des spécialistes de l’évaluation (habitus)
• Intersubjectivité des valeurs
• Postes occupés dans le domaine artistique
• Convention de valeur
Dimension 2
Notoriété de l’artiste
• trajectoire artistique: participation à des compétitions; les prix; nombre et type d’expositions organisées; les internationalisations
• Réputation des galeries, musées, collections où l’artiste participe
• Capital social – réseaux de relations privilégiées
• visibilité
• Temps consacré et dédié à l’art
• Cohérence et homogénéité de la route
• image de marque
• Innovation et unicité dans les canons actuels
• Valeur monétaire en tant qu’indicateur de réputation
• Niveaux de consécration
• Cohérence du parcours artistique
• Unicité
Dimension 3
Acceptabilité / Réceptivité
• Décodage et interprétation du travail
• Facile à comprendre (par exemple figuratif)
• visibilité
• Création d’un goût
• Singularité et distinction

 

Intersubjectivité et coexistence de valeurs

Plusieurs supports montrent une représentation de l’artiste comme quelqu’un qui doit subir des sacrifices et des privations, qui doit renoncer aux biens matériels pour son inspiration, son chemin créatif et inquiet, loin de la rationalité et proche de la subjectivité.

En opposition à cette représentation de l’artiste idéal, inspiré, authentique et humble, est placée la représentation de l’artiste plus petit, plus rationnel, qui a une attitude plus détachée, plus matérialiste et qui ne se lance pas dans une activité artistique avec un dévouement total.

Selon le commissaire-priseur Marc-Arthur Kohn, la pluralité des mouvements artistiques apparus à l’époque moderne était la conséquence d’une importance croissante des valeurs, comme celle de la vocation artistique.

La profession d’artiste émerge sur la base de valeurs de même nature que celles mentionnées ci-dessus, c’est-à-dire fondées sur les valeurs du régime d’inspiration telles que vocation, inspiration, talent inné, don artistique, esprit de sacrifice et détachement matériel.

Cependant, l’institutionnalisation progressive de l’anomie (absence de règles) commence à s’installer dans l’intention artistique et se traduit par l’imposition de l’unicité dans le monde artistique.

Des valeurs telles que la rareté, l’originalité et la transgression de la norme deviennent prépondérantes dans la création artistique et dans la notion même de ce que l’art est ébranlé. Ainsi, l’art contemporain nous amène à un ensemble de valeurs fondées sur l’unicité, qui devient l’une des conditions de la grandeur de ce monde.

Principales constatations

Les travaux indiquent que la valeur est attribuée en fonction de la perception de la qualité et de la hiérarchie des réputations. La qualité intrinsèque du travail, évaluée et légitimée par les experts, est essentielle. Cependant, les critères d’évaluation ne s’avèrent pas très objectifs et les critères (tels que le domaine des techniques) ne sont pas les plus importants pour la valeur du travail.

C’est la construction d’une réputation basée sur des attributs tels que la trajectoire de l’artiste, le capital social acquis, la visibilité, le dévouement, la cohérence et l’image de marque artistique, ainsi que l’unicité dans certaines limites, qui permettent à l’artiste d’acquérir une notoriété et donnez de la valeur à vos créations.

En plus de la réputation et de la notoriété, il sera également nécessaire que le travail soit accepté, c’est-à-dire interprété, décodé et intégré dans le monde de l’art contemporain. Ce sera le rôle fondamental des médiateurs entre la production et la réception de l’art, de même que la critique, les galeristes, les directeurs de musée, entre autres agents.

La valeur attribuée à un artiste ou à une œuvre doit être le produit d’une convention ou d’un accord entre plusieurs acteurs impliqués dans la construction de cette valeur. Chacun de ces acteurs a un regard différent sur une œuvre d’art particulière.

Ce regard dépend de leur position dans le domaine artistique, de leurs dispositions ou de leurs habitudes, mais aussi de leurs structures mentales et des ensembles de valeurs qu’ils appellent pour évaluer et critiquer l’art contemporain.

Pour qu’une œuvre acquière une valeur artistique ou que l’artiste soit considéré comme tel, il ne lui suffit pas de se dire artiste contemporain et d’affirmer que ses créations sont de l’art. Le travail de l’artiste consiste à faire en sorte que les différents acteurs s’articulent autour de son travail pour le classer dans l’art contemporain.

Il doit exister une convention entre les différents acteurs impliqués dans le processus de construction de la valeur artistique d’une production donnée. Cette convention permet à l’œuvre et à l’artiste d’acquérir le statut de marché et ce processus de légitimation ne se produit que par la coopération des différents acteurs dans un but commun.

S’agissant des étapes menant à la consécration ou, plus concrètement, de la dynamique d’acquisition de la notoriété, les entretiens ont suggéré deux processus différents. Il est possible d’identifier un régime de marché dans lequel le discours sur la perception de la qualité est basé sur un parcours d’artiste cohérent qui mûrit avec un parcours long et sacrificiel, aboutissant au consécration, constituant une valeur marchande sûre.

Parallèlement à ce régime de marché, il est possible d’en articuler un autre dont la dynamique est critiquée par certains des acteurs (en fonction de leur position) et qui se caractérise par une nouvelle génération d’artistes, à la recherche de visibilité et de notoriété de manière plus globale.